Une nouvelle lettre “suspecte” interceptée dans une base militaire espagnole

Une nouvelle lettre “suspecte” interceptée dans une base militaire espagnole

Une nouvelle lettre “suspecte” a été interceptée jeudi dans une importante base militaire près de Madrid, au lendemain de l’explosion d’une lettre piégée dans l’ambassade d’Ukraine en Espagne, a-t-on appris auprès du ministère de l’Intérieur. “Entre trois et quatre heures du matin, les systèmes de sécurité de la base aérienne de Torrejón de Ardoz ont détecté une enveloppe suspecte qui pourrait contenir un certain type de mécanisme”, a indiqué le ministère.

“Entre trois et quatre heures du matin, les systèmes de sécurité de la base aérienne de Torrejón de Ardoz ont détecté une enveloppe suspecte qui pourrait contenir un certain type de mécanisme”, a indiqué le ministère.

Lire aussi

“Des effectifs de la Police nationale et de la Garde civile se sont rendus sur la base pour sécuriser la zone et les enquêteurs de la police analysent cette enveloppe qui était adressée au Centre des satellites”, a-t-il ajouté.

Cette base, située non loin de Madrid, est utilisée notamment pour les déplacements en avions officiels des membres du gouvernement espagnol.

Explosion d’une lettre piégée

Mercredi, le chargé de sécurité de l’ambassade d’Ukraine à Madrid avait été légèrement blessé par l’explosion d’une lettre piégée destinée à l’ambassadeur, amenant Kiev à ordonner un renforcement de la sécurité dans toutes ses représentations diplomatiques.

La justice espagnole a ouvert une enquête préliminaire portant sur des faits présumés de “terrorisme”.

Après l’explosion de cette lettre piégée, une autre lettre “suspecte” a été interceptée mercredi en fin de journée au siège de l’entreprise d’armement Instalaza, à Saragosse (nord-est), selon le ministère de l’Intérieur. Les unités de déminage de la police ont procédé à son explosion.

Cette entreprise fabrique notamment des lance-grenades envoyés à l’Ukraine par le gouvernement espagnol peu après le début de l’invasion russe en Ukraine en février.

Souare Mansour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous souhaitez recevoir votre revue de presse par email chaque matin, abonnez ici !

Vous avez bien été abonné à la newsletter

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Journal en Ligne will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.