Amélioration du système de santé : Massogui Thiandoum prône les stratégies communautaires

Amélioration du système de santé : Massogui Thiandoum prône les stratégies communautaires

Le directeur technique de l’Alliance Nationale des Communautés pour la Santé (ANCS), Massogui Thiandoum, a prôné mardi, à Louga, l’adaptabilité, la portabilité et l’accessibilité, trois facteurs déterminants selon lui en termes de valeur ajoutée que la Société civile apporte au système de santé au Sénégal.
‘’Ces facteurs ont fait en sorte que la société civile soit devenue incontournable dans le système de santé de par ces interventions qui permettent d’améliorer les indicateurs de santé tout en facilitant l’accès des services aux populations qui vivent dans des zones reculées et échappent de fait à l’offre de service du système classique’’, a-t-il expliqué.
Il s’exprimait ainsi au sortir d’une réunion tenue entre des acteurs communautaires impliqués dans la réponse au VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme dans la région de Louga qui accueille une mission conjointe du ministère de la Santé et de l’Action sociale et de l’ANCS.
Selon M. Thiandoum, ces stratégies ont été testées pendant la COVID19 avec la limitation de déplacement des personnes. Une période où, rappelle-t-il, des Personnes vivants avec le VIH (PVVIH) ne pouvaient même pas se déplacer pour aller vers les structures de santé prendre leur traitement.
‘’Nous avions alors mis en place une stratégie communautaire innovante qui consistait à utiliser les médiateurs de santé qui prenaient les médicaments avec les instructions des médecins pour les amener chez les PVVIH afin d’éviter la rupture de traitement’’, a-t-il fait valoir.
Le directeur technique de l’ANCS a soutenu que ce sont ces trois déterminants (adaptabilité, portabilité et accessibilité) qui ont permis d’apporter une certaine résilience au système et à ces PVVIH de bénéficier correctement de leur traitement.
Selon lui, cette stratégie communautaire doit être reconnue et valorisée parce qu’elle donne du sens aux cliniques communautaire que l’ANCS est en train de mettre en place et que le Directeur de la Santé Publique est en train de visiter aujourd’hui.
‘’Les cliniques communautaires permettent de faire une offre de service différenciée, c’est-à-dire, offrir le même service différemment tout en ayant les mêmes standards de qualité et les mêmes résultats escomptés’’, a insisté l’expert en santé communautaire.
L’ANCS organise une visite de terrain de ses trois cliniques communautaires installées à Louga, Kaolack et Sédhiou, du 14 au 19 novembre, avec le directeur général de la santé, Dr Barnabé Gning, en compagnie d’une délégation technique du ministère de la Santé et de l’Action Sociale (MSAS).

Souare Mansour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous souhaitez recevoir votre revue de presse par email chaque matin, abonnez ici !

Vous avez bien été abonné à la newsletter

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Journal en Ligne will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.