Trafic d’enfants : Bissau-Dakar, l’axe du mal

Trafic d’enfants : Bissau-Dakar, l’axe du mal

Dans son rapport 2022 sur le trafic d’êtres humains, le département d’Etat américain a consacré un chapitre à l’ampleur du phénomène sur l’axe Bissau-Dakar. Il pointe surtout la situation des talibés que «certains maîtres coraniques corrompus forcent ou contraignent à mendier».

Les bourreaux des victimes sont des hommes issus des régions de Bafata et de Gabu en Guinée-Bissau, d’après le rapport repris par L’Observateur ce vendredi. Ils profitent, selon le Département d’Etat, «des institutions faibles (de ce pays) et les frontières poreuses pour transporter un grand nombre de garçons bissau-guinéens au Sénégal et dans une moindre mesure au Mali, en Guinée et en Gambie pour la mendicité forcée dans les daaras d’exploitation».

Le département d’Etat souligne que le plus gros du continent d’enfants bissau-guinéens, est exploité dans la vente de rue, en Guinée, en Gambie, au Sénégal et même en Espagne, ainsi que dans les secteurs agricoles et miniers du Sénégal, à Kolda et à Ziguinchor. Pire, souligne le rapport, ces enfants sont livrés au «trafic sexuel».

Souare Mansour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous souhaitez recevoir votre revue de presse par email chaque matin, abonnez ici !

Vous avez bien été abonné à la newsletter

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Journal en Ligne will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.