Infrastructure routière et scolaire, Phase 2 du TER : La BID accorde un financement de plus 233 milliards au Sénégal

Infrastructure routière et scolaire, Phase 2 du TER : La BID accorde un financement de plus 233 milliards au Sénégal

Le Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott, a signé, ce dimanche 17 avril, à Djeddah en Arabie Saoudite, trois (03) nouveaux accords de financement avec Muhammad Sulaiman Al-Jasser, Président du groupe de la Banque Islamique de Développement (BID). Le communiqué, qui rapporte l’information, renseigne que la cérémonie officielle a eu lieu en présence de Monsieur Mansour Faye, Ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, et plusieurs Directeurs généraux et de services qui les accompagnent dans cette visite.
Plus de 356 millions d’euros pour financer trois projets
D’un montant cumulé de 233,595 milliards de francs Cfa, soit plus de 356 millions d’euros, ces accords sont relatifs à plusieurs projets, à savoir : l’Autoroute Dakar-Tivaouane-Saint-Louis, la Phase 2 du Train express régional (TER) Diamniadio-AIBD et la construction d’un complexe commercial et résidentiel Waqf au profit des Daaras.
L’autoroute Dakar-Tivaouane-Saint-Louis, avec un financement de la BID de 156 milliards de francs Cfa, permettra, selon le Ministre Amadou Hott, de « désenclaver » de vastes zones agricoles au Nord et va constituer un « important levier économique » pour l’exploitation pétrolière et gazière en perspective dans la zone de Saint-Louis.
Aussi, elle contribuera à un « rééquilibrage » du territoire en ouvrant de bonnes perspectives pour les villes de l’intérieur, notamment la nouvelle ville du Lac Rose destinée à désengorger Dakar.
Cette infrastructure routière va également jouer « un rôle important, au plan sous-régional, en tant que maillon essentiel » du corridor Alger-Tanger-Nouakchott-Dakar-Conakry-Abidjan-Lagos, lit-on dans les colonnes du document.
Pour le TER, Amadou Hott signale que la BID contribue à la deuxième phase avec environ 65 milliards 595 millions de francs Cfa. Pour lui, le TER, dans ses deux phases, permettra de « favoriser une politique de développement urbain et rural à l’extérieur des zones saturées de Dakar, de contribuer à la résolution des problèmes de mobilité urbaine et interurbaine entre Dakar et les capitales régionales, de relier Dakar à d’importants pôles de développement tels que la nouvelle zone économique intégrée de Diamniadio, l’Aéroport international Blaise Diagne, le centre touristique de Mbour, ainsi que l’intérieur du pays, entre autres ».
Le troisième projet, quant à lui, est relatif à la construction d’un complexe commercial et résidentiel Waqf au profit des Daaras. Ici également, la BID a contribué à hauteur de 12 milliards de francs Cfa. Ce projet de 19 niveaux sur un terrain de 2 273 m², va « générer des revenus destinés au financement de la modernisation » des Daaras au Sénégal, selon le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération.

Souare Mansour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous souhaitez recevoir votre revue de presse par email chaque matin, abonnez ici !

Vous avez bien été abonné à la newsletter

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Journal en Ligne will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.