Mbour : La société civile veut « désamorcer la bombe foncière qui menace l’équilibre social »

Mbour : La société civile veut « désamorcer la bombe foncière qui menace l’équilibre social »

Depuis quelque temps, le Sénégal est confronté à des problèmes fonciers. Ce qui ne manque pas de « saper le moral des paysans et éleveurs, mais aussi de perturber leur quiétude ». 
Et le département de Mbour n’est pas épargné, vu sa position géographique et ses infrastructures nationales qui y sont construites ou en voie d’être construites. Il est devenu exposé à la spéculation foncière.
Le Collectif pour la Préservation et la Valorisation des Terres Paysannes (CPVTP), sous la houlette du Forum Civil dirigé par Birahim Seck, a réfléchi sur le thème : « Litige foncier sur le département de Mbour : problèmes et solutions ? ». 
« Ces problèmes ne sont que la partie visible de l’iceberg car chaque commune des 16 qui composent le département partage ce mal. Aujourd’hui à cause de cette réalité, le département est devenu une véritable poudrière. Cette situation pollue l’atmosphère sociale et rend la cohabitation entre voisins souvent très difficile, du fait de la politique de diversion menée par les prédateurs fonciers. Au moment où l’accès à la terre constitue un casse-tête pour les populations locales, surtout les couches vulnérables à savoir les femmes et les jeunes, des particuliers venus d’ailleurs se voient octroyés des centaines d’hectares à exploiter sur le dos des populations », déplore Philippe Malick Dione, coordinateur du comité de pilotage du collectif. 
D’ailleurs, en avril dernier, le Projet Cadastre et Sécurisation foncière au Sénégal (PROCASEF) piloté par le ministère des Finances et du Budget, avait publié un rapport final portant évaluation du PROCASEF. 
« Sur les 14 régions que compte le Sénégal, l’étude concerne les 12. Il n’y a que Kaolack et Kaffrine qui ne sont pas concernées. Les résultats ont montré oh combien la question foncière est préoccupante et l’accès à la terre problématique. Le constat est que la majorité des gens vivant dans les zones d’intervention du projet éprouvent des difficultés à accéder à la terre. En effet, 38% seulement des personnes rencontrées dans le cadre des enquêtes ont dit avoir accès au foncier. Parmi celles-ci figurent 28% de femmes”, a-t-il assuré.
Le rapport révèle une rupture de confiance entre certaines populations et les instances en charge de la gestion du foncier.
Ainsi, le collectif compte faire la cartographie des litiges fonciers du département de Mbour qui accueille les projets de l’Etat et le trop-plein de la région de Dakar afin de « proposer des solutions pour désamorcer la bombe foncière qui menace l’équilibre social ».

Souare Mansour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *