Bill Gates et sa femme Melinda annoncent leur divorce

Bill Gates et sa femme Melinda annoncent leur divorce

Le couple se sépare après vingt-sept ans de mariage, et vingt ans de travail commun au sein de leur fondation, l’une des plus puissantes au monde, pour laquelle ils vont continuer à collaborer.
  « Après mûre réflexion et beaucoup de travail sur notre relation, nous avons pris la décision de mettre fin à notre mariage. » C’est par cette phrase simple, annonçant leur divorce, que commence le communiqué commun de Bill et Melinda Gates, publié sur leurs comptes Twitter respectifs, lundi 3 mai.
Le milliardaire cofondateur de Microsoft, et sa femme, qui résident dans l’Etat de Washington, vont divorcer après vingt-sept ans de mariage, et vingt ans de travail commun au sein de leur fondation.
Les Gates, qui ont trois enfants, ont annoncé qu’ils continueraient à « travailler ensemble au sein de leur fondation », la Bill and Melinda Gates Foundation, qui lutte contre la pauvreté et les maladies, mais qu’ils ne pensaient « plus pouvoir évoluer ensemble en tant que couple ».
 Bill Gates, 65 ans, et sa femme, 56 ans, ont demandé au public de donner à leur famille « l’espace et l’intimité » nécessaires pour pouvoir « commencer à nous adapter à cette nouvelle vie ». Ils n’ont rien dit des raisons qui les poussaient à se séparer.
Bill Gates est, selon le dernier classement de Forbes, le quatrième homme le plus riche du monde, avec une fortune évaluée à 124 milliards de dollars (102 milliards d’euros). Elle le place derrière deux autres Américains, Jeff Bezos et Elon Musk et le Français Bernard Arnault, et devant le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg.
S’il a fait fortune grâce à Microsoft, il a démissionné du poste de président en 2014 et se consacre aujourd’hui essentiellement à la philanthropie. La fondation qu’il a créée avec sa femme est considérée comme la plus grande fondation privée au monde. Elle a dépensé quelque 53 milliards de dollars en vingt ans, et emploie près de 1 600 personnes, selon son site officiel.

Souare Mansour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *