Date des élections locales : L’avis de la Mission d’évaluation attendu

Date des élections locales : L’avis de la Mission d’évaluation attendu

31 janvier au plus tard c’est la période, mais la date exacte des Territoriales reste la pomme de discorde entre la majorité et l’opposition. La Mission d’évaluation a été sollicitée pour voir s’il y a une possibilité de réduire les délais de ses travaux.

La date des élections est encore à l’ordre du jour au sein de la Commission politique du dialogue national. Le Front de résistance nationale (Frn) qui a rejoint les travaux hier, après avoir suspendu sa participation, maintient sa position, en dépit de l’adoption de la loi reportant les élections territoriales au 31 janvier au plus tard. Mais Le Quotidien a appris que les acteurs se sont tout de même penchés sur les modalités pour parvenir à une date à proposer au président de la République. «Les discussions ont été très longues et chaque entité a proposé un planning. Il a finalement été retenu de mettre sur pied une sous-commission dans laquelle chaque entité sera représentée et qui sera chargée de faire la synthèse des plannings proposés», confie le plénipotentiaire du Pôle des non-alignés. Et de toute façon, ce consensus sur la date des Municipales et Départe­mentales dépendra en grande partie de l’évaluation du processus électoral. Dans ce sens, la Commission cellulaire a longuement échangé avec la Mission d’évaluation sur leur méthodologie et la démarche qu’elle compte adopter. «Nous avons positivement apprécié ces échanges et sollicité une éventualité pour eux de pouvoir réduire la durée de l’évaluation. Les évaluateurs vont se concerter à leur niveau et voir ce qui est possible de faire tout en respectant les normes pour une évaluation de qualité», a dit Déthié Faye, joint par téléphone. Dans le même sens, M. Faye a indiqué que les acteurs du dialogue ont entendu la présentation d’étape de la Mission d’audit du fichier électoral sur l’état d’avancement de ses travaux. En principe, ce volet de l’audit qui a démarré depuis février devrait prendre fin ce mois d’avril. Alors que l’évaluation du processus électoral, de la refonte de 2016 à la Présidentielle de 2019, devrait durer 6 mois. Des délais que le gouvernement juge «incompressibles».

Souare Mansour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *